Culture

Prix littéraire Sofitel Tour Blanche: Le sacre de la littérature féminine

Par Aïda BOUAZZA | Edition N°:4997 Le 06/04/2017 | Partager
Bahaa Trabelsi et Yasmine Chami pour la 5e édition
Le coup de cœur décerné à Anissa Bouziane
prix_sofitel_097.jpg

 Yasmine Chami (à gauche) et Bahaa Trabelsi sont les lauréates ex-aequo du Prix littéraire Sofitel Tour Blanche. Elles participeront à un café littéraire à Paris en décembre ainsi qu’à une tournée dans les hôtels du groupe du Royaume (Ph. Sofitel Tour Blanche)

La littérature féminine a encore une fois drainé un large public au Sofitel Tour Blanche à Casablanca qui a consacré deux auteures pour la 5e année consécutive. Ambassadeur de la culture à travers le monde, le Sofitel, en partenariat avec Air France a accueilli mardi la cérémonie de remise des prix en présence de Catherine Enjolet, auteur et membre du jury habituée de l’évènement et de Jérôme Lobier, directeur général du Sofitel Tour Blanche. Le président d’honneur du jury, Tahar Ben Jelloun, ainsi que les autres membres de celui-ci, n’étaient malheureusement pas présents et ont dû être remplacés. Initialement prévu le 10 mars, l’évènement a dû être reporté ne correspondant pas aux agendas des uns et des autres.

Sur les 9 œuvres sélectionnées, le jury a dû en départager deux. Et pour la première fois, il n’y a pas eu de Prix «Découverte» mais plutôt deux ex-æquo pour le Prix Sofitel Tour Blanche. Et c’est Bahaa Trabesli pour son 4e ouvrage intitulé «La chaise du concierge», un polar racontant l’histoire d’un tueur en série qui rôde et signe ses actes diaboliques de versets de coran, persuadé qu’il est la main de Dieu sur Terre pour la nettoyer des pècheurs… qui a été primé. Ex-æquo avec le roman «Mourir est un enchantement» de Yasmine Chami.

L’histoire qui a séduit le jury est celle de «Sara, une femme marocaine de quarante ans fragilisée par un diagnostic médical inquiétant, s’installe sur un canapé, choisissant peut-être de prendre le temps de vivre». Un prix «Coup de cœur» a été décerné à Anissa M. Bouziane pour son ouvrage «Le chant de la dune», traduit de l’anglais, racontant l’histoire d’un voyage suscité par une dramatique confrontation avec la mort, le jour où les tours du World Trade Center se sont effondrées…
Figuraient parmi les ouvrages sélectionnés, «Un toubib dans la ville» de Souad Jamai, «Coups de soleil» de Valérie Morales-Attias, «La Sultane du Caire» de Dima Droubi, «Chairs d’argile» de Salima Louafa, «Amour, caftan et escarpins» de Latifa Tayah et «Le mariage-Chronique d’une famille ordinaire» de Yasmina Khalil.

En marge du Prix littéraire Sofitel Tour Blanche s’est tenue une exposition d’œuvres de l’artiste belgo-marocaine, Hanan Bouanani intitulée «Le voyage fantastique», organisée par la BCK Art Gallery.
Par ailleurs, comme le veut la tradition, un hommage a été rendu à une figure du monde associatif. Il s’agissait cette année de Samira Idrissi, présidente de l’association «Soroptimist»,  qui sera accompagnée et soutenue par le Sofitel tout au long de l’année. Soroptimist internationale est une association mondiale de femmes engagée dans la vie professionnelle et sociale, qui les accompagne dans différents domaines, notamment leur statut, l’éducation, l’égalité et le développement.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc