Competences & rh

Banque alimentaire du Maroc: 15 années de lutte contre l’abandon scolaire

Par Sabrina BELHOUARI | Edition N°:4995 Le 04/04/2017 | Partager
Prise en charge de 27 pensionnats, 11.000 filles et 4.200 garçons scolarisés
Un taux de réussite de 82% en moyenne chez les bénéficiaires filles
banque_alimentaire_maroc_95.jpg

La banque alimentaire du Maroc intervient dans presque toutes les régions du Maroc et inclut aussi bien la fourniture des denrées alimentaires et les équipements que les rénovations des établissements scolaires et les caravanes médicales

C’est le bilan de 15 années d’engagement en faveur de la scolarisation des enfants dans les milieux ruraux difficiles. La banque alimentaire du Maroc (BA), l’association créée à l’initiative de Richbond en 2002, arrive en 2017 à un bilan satisfaisant qui conforte ce concept de solidarité. Celui-ci permet aujourd’hui à des centaines de pensionnaires de continuer leur scolarité. Pour rappel, cet organisme a pour objet d’utiliser l’aide alimentaire, les dons et toutes les subventions qu’elle pourra mobiliser pour promouvoir la scolarisation dans le monde rural, lutter contre la précarité et l’exclusion sociale.

En chiffres, la banque alimentaire prend en charge à ce jour 27 pensionnats, 11.000 et 4.200 garçons filles scolarisés. Aujourd’hui, la BA arrive à mobiliser 220 tonnes par an pour 27 pensionnats dans le monde rural, et 120 t/an pour les établissements de protection sociale sur le Grand Casablanca. En outre, 25 t de denrées, 3000 consultations médicales, 1.500 couvertures, 3.000 matelas sont distribués chaque hiver. Sachant que 75% de l’aide de la BA va dans le budget alimentaire des pensionnats, le reste est mobilisé dans les fournitures de tout genre, allant des fournitures scolaires aux serviettes hygiéniques.

En effet, l’éloignement et les conditions économiques fragiles des familles sont des facteurs qui favorisent l’abandon scolaire en milieu rural. Les pensionnats de jeunes filles et garçons (Dar Taliba et Dar Talib) ont été créés pour résoudre ce problème. Néanmoins, le fonctionnement de ces centres est parfois difficile à gérer, financièrement mais aussi au niveau de l’organisation quotidienne. Les montagnes de l’Atlas, la vallée de Draa, les petites bourgades isolées, mais aussi les milieux défavorisés dans les grandes villes sont le terrain d’action de banque alimentaire du Maroc.

«La banque alimentaire du Maroc travaille en partenariat d’un côté avec les entreprises qui fournissent les denrées et différents types de dons (fournitures, matériel, vêtements, etc), et d’un autre côté avec les associations qui gèrent les centres Dar Talib et Dar Taliba. Celles-ci sont au nombre de 20 et gèrent 27 centres au total», explique Sanae Bennesser Alaoui, directrice exécutive de BA. Mais ce partenariat avec les associations se base sur une contrepartie primordiale: le taux de réussite des pensionnaires. En effet, il est demandé, voire exigé des associations partenaires de veiller à la réussite des élèves dans leur scolarité pour arriver à un taux de réussite de 80% au minimum.

Un rapport trimestriel est établi pour rendre compte des résultats et trouver des solutions ou ajustement si nécessaire. Les associations prennent au sérieux cette contrepartie et s’engagent à dispenser des cours d’appui aux pensionnaires et de solliciter des professeurs bénévoles. De son côté, BA s’engage à lever des donations de la part des entreprises partenaires, ainsi que des fonds utilisés dans les opérations de rénovation ou de construction aussi bien des foyers que des écoles.

Résultat, les pensionnats enregistrent une moyenne de 82% de taux de réussite chez les filles prises en charge, ce qui est exceptionnel dans le milieu rural. «On est arrivé à 100% de réussite dans certains foyers partenaires, comme dans la province de Zagora, chose qui nous réconforte quant à notre mission et motive notre équipe pour continuer à œuvrer pour l’égalité des chances. Notre challenge est actuellement de couvrir 100% des besoins en denrées non périssables des pensionnats partenaires», conclut Sanae Alaoui.

Interventions lors des catastrophes naturelles

Plusieurs opérations exceptionnelles ont permis d’apporter de l’aide aux sinistrés lors des catastrophes naturelles. Entre 2008 et 2014, la BA a contribué lors des inondations, avec 186 t de denrées alimentaires, 11097 matelas, 8751 couvertures, 2900 oreillers, 2751 couvertures et 1000 réchauds. C’est le cas par exemple des inondations de 2014 dans la région du Souss. La BA a en effet joué un rôle important dans la rénovation des écoles et foyers détruits à Tiznit. En 2015,la somme de 1,5 million de DH a été mobilisée pour la réhabilitation de 4 écoles dans le monde rural.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc