International

Une attaque terroriste en plein cœur de Londres

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:4987 Le 23/03/2017 | Partager
Theresa May va présider une réunion de crise
Le niveau d’alerte maintenu à un degré élevé depuis août 2014
lodres_attaques_087.jpg
Selon des témoins, un homme a lancé sa voiture sur la foule devant le Parlement. Un policier a été poignardé et un assaillant a été touché par balles. Un hélicoptère de secours a atterri peu après l’incident sur place

Au moment où la Belgique rendait hommage aux victimes des attentats du 22 mars 2016, la capitale britannique s’est rajoutée sur la liste des villes européennes frappées par la vague de terrorisme. En effet, une attaque a eu lieu, hier, devant le Parlement de Westminster à Londres. Elle a causé, à l’heure où nous mettions sous presse, la mort de 4 personnes dont l’assaillant et un policier et plusieurs blessés parmi lesquels trois lycéens français qui se trouvaient en voyage scolaire.

Les témoignages rapportés par la presse étrangère sont émouvants. «Nous étions en train de prendre des photos de Big Ben lorsque tout le monde s’est mis à courir et que nous avons vu un homme d’une quarantaine d’années portant un couteau d’environ vingt centimètres. Ensuite on a entendu trois coups de feu. Nous avons traversé la rue et avons vu l’homme en sang par terre». Les événements se sont succédé rapidement. Les télévisions britanniques ont diffusé des images d’une voiture emboutie sur les barrières latérales de sécurité du pont de Westminster juste devant le Parlement et Big Ben. La station de métro de cette place a été fermée.

Un porte-parole de Downing Street a indiqué que la Première ministre Theresa May allait «bien». Elle s’est exprimée devant les députés britanniques en début d’après-midi. Une réunion de crise était prévue hier soir au 10, Downing Street. Plusieurs dirigeants, dont le président américain Donald Trump, la chancelière allemande Angela Merkel, le président François Hollande… ont apporté leur soutien aux Britanniques. A noter que l’attaque terroriste intervient à une semaine du déclenchement du Brexit (le 29 mars).

Le Parlement régional écossais, qui devait voter mercredi pour autoriser la Première ministre Nicola Sturgeon à demander un nouveau référendum d’indépendance, a suspendu ses débats après l’attaque à Londres.
Scotland Yard a annoncé début mars que les services de sécurité britanniques avaient «déjoué treize tentatives d’attentats terroristes depuis juin 2013» au Royaume-Uni. Le niveau d’alerte terroriste est fixé depuis août 2014 à «grave», le quatrième sur une échelle de 5. A la suite des attentats de novembre 2015 en France, la police avait annoncé le déploiement de 600 policiers armés supplémentaires à Londres, portant leur nombre à 2.800.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc