Economie

Forum Afrique Développement: Place au business!

Par Safall FALL | Edition N°:4984 Le 20/03/2017 | Partager
4.000 B-to-B, plus de 2.000 hommes d’affaires du continent… Le bilan business du FIAD
Attijariwafa bank se positionne en financeur du développement
HPS, Sania et Lilas…Les champions du Sud-Sud
forum_afrique_devl_084.jpg

En plus du financement du commerce et ses activités de banque de détail, Attijariwafa bank se positionne de plus en plus sur de gros projets d’infrastructure sur le continent. Un nouveau tournant dans la stratégie de la filiale SNI? (Ph: Jarfi)

4.000 rendez-vous B-to-B en une journée et demi, opérés par plus de 2.000 businessmen venus de 30 pays du continent… Pour sa première édition payante, on peut dire qu’on en a eu pour son argent au Forum international Afrique développement (FIAD).  La 5e édition a pris fin ce vendredi 17 mars dernier sur un tempo d’accélération du business Sud-Sud.  Le retour politique, mais aussi économique du Royaume dans l’Union africaine, ainsi que sa demande d’adhésion à la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao), donnent au contexte un goût particulier.

Concrètement, sur la table des négociations B-to-B, les secteurs les plus concernés ont été celui du BTP et de l’aménagement urbain, de l’agriculture-agro-industrie, de l’énergie, des services financiers et du négoce. Mais tout cela nécessitera du suivi pour transformer ces chiffres en opportunités réelles. Le groupe bancaire a déjà mis en place une plateforme dédiée à cette tâche, à travers le Club Afrique développement (CAD). «2016 a été consacrée au lancement du Club dans 6 capitales d’Afrique (Abidjan, Dakar, Douala, Libreville, Pointe-Noire, Tunis), et il fédère aujourd’hui près de 400 membres actifs présents dans 12 pays», explique Mohamed El-Kettani, PDG d’Attijariwafa bank. Ce dernier poursuit en annonçant que «l’année 2017 sera celle des rencontres sectorielles, des missions de découverte et des réunions d’affaires».

La filiale SNI compte rapidement atteindre sa vitesse de croisière sur le continent en capitalisant sur ce réseau d’affaires. Il est aujourd’hui présent dans 25 pays d’implantation et ne compte certainement pas s’arrêter là. Au delà du financement du commerce, l’institution financière se positionne de plus en plus en véritable banque d’investissement sur le continent. Le secteur des infrastructures séduit le plus. La banque participe au montage financier de nombreux projets d’envergure. Le plus récent auquel la banque a largement contribué porte sur la réhabilitation de la Baie de Cocody, à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Le projet, à composantes multiples et dont la 2e phase vient d’être lancée, est porté par le développeur-aménageur marocain à capitaux publics, Marchica Med.

Le financement, estimé à plus de 4,5 milliards de DH, a été essentiellement levé auprès d’Attijariwafa bank et des banques de développement de la place. Outre les infrastructures touristiques, le groupe bancaire compte également investir massivement dans le capital humain, le renforcement des infrastructures d’énergie, de transport et de logistique. L’immobilier aussi est tentant. En Côte d’Ivoire, le groupe s’est récemment engagé dans plusieurs programmes de construction au profit de l’Etat major des armées ivoiriennes ainsi que du personnel militaire.

Avec un peu de recul, ces opérations ne font que traduire le positionnement de la banque sur les opportunités ouvertes par les perspectives de croissance économique et démographique du continent. L’Afrique devrait abriter quelque 187 millions de citadins supplémentaires sur la prochaine décennie. Le dernier rapport des Nations unies sur les transformations démographiques évoque, aussi, une population africaine qui devrait frôler les 2 milliards, pour dépasser la barre des trois milliards en 2070. 2030 déjà, «la population de l’Afrique équivaudra au total de celles de l’Europe et des deux Amériques réunies», selon la même source. Autant de statistiques qui laissent entrevoir de nombreux défis. «Les tendances de la croissance démographique en Afrique ne permettent pas encore de présager à quel moment les chiffres vont se stabiliser ou baisser», relativisent les experts onusiens. A vos affaires!

Trophées Sud-Sud

HPS (Maroc), Sania (Côte d’Ivoire) et Lilas (Tunisie): c’est photo-finish des Trophées de la Coopération Sud-Sud mis en jeu lors de ce 5e FIAD. Ces awards récompensent les efforts de ces entreprises dans le développement des échanges Sud-Sud. Le spécialiste marocain de la monétique HPS, par exemple, opère dans plus de 85 pays essentiellement émergents (4 régions du monde, de l’Afrique au Moyen-Orient et Asie, en passant par l’Europe et les Amériques).  Le groupe ivoirien Sania, leader local en production d'huile de palme et produits dérivés, s’est quant à lui offert le Prix Silver. Le trophée platinium est revenu à une entreprise tunisienne spécialisée dans les produits hygiéniques. A l’export, l’enseigne est essentiellement présente dans plusieurs marchés du continent.

                                                                                         

«Le petit lutteur sénégalais» dans les «Présences africaines»

le_petit_lutteur_senegalais_084.jpg

«Le petit lutteur sénégalais», une des œuvres phares de la collection photographique signée Feu Othman Dilami, figurait parmi les créations à l'honneur des «Présences africaines», en marge du Forum international Afrique développement, organisé par le groupe Attijariwafa bank (16-17 mars 2017). Véritable ode picturale au génie artistique africain, l'exposition retrace 40 ans de mécénat du groupe.

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc