Société

L’Economiste distingué pour ses enquêtes

Par Reda BENOMAR | Edition N°:4963 Le 17/02/2017 | Partager
Un article-détonateur et six années d’investigation
Les lauréats du Prix de la presse citoyenne
faical_faquihi_et_stephane_vabre_063.jpg

Le «Prix de la presse citoyenne» a été décerné hier à Casablanca à L’Economiste et son reporter, Faiçal Faquihi. L’ONG Droit et justice au Maroc et son président, Stéphane Vabre, sont à l’origine de l’initiative (Ph. Khalifa)

Nouvelle distinction pour notre Grand reporter Faiçal Faquihi. Après le Grand prix national de la presse écrite qui lui a été décerné en 2015, le chroniqueur judiciaire de L’Economiste a obtenu le Prix de la presse citoyenne. Ce trophée lui a été remis mercredi 15 février 2017 à Casablanca par le président de l’ONG française Droit et justice au Maroc, Stéphane Vabre (voir photo). Son association défend la cause de toutes les victimes dépossédées illégalement de leurs biens immobiliers. Faiçal Faquihi s’est distingué par ses nombreuses enquêtes sur la spoliation foncière.

Un dossier sur lequel le jeune reporter a travaillé depuis 2011 et qu’il a révélé au grand jour avec son article-détonateur: «Comment un mort parvient à saisir la justice!». «L’Economiste a dès le début épousé cette cause et l’a défendue inlassablement via ses éditoriaux. Le risque était pourtant grand et réel. Car les spoliateurs et leurs complices ne reculent devant rien. Ce genre d’engagement est difficile à mener sans le soutien indéfectible de ma rédaction. A commencer par Nadia Salah la grande dame avec qui j’ai appris le métier. Notre directeur de publication, Abdelmounaim Dilami, qui supporte personnellement le risque judiciaire de toutes les enquêtes. Notre rédacteur en chef, Mohamed Benabid, qui canalise mes «contorsions stylistiques» et mes chers et loyaux collègues qu’ils soient journalistes, correcteurs ou infographistes», confie, ému, notre chroniqueur judiciaire avec une pensée affectueuse pour Meriem Oudghiri, secrétaire de rédaction de L’Economiste, et «ses retouches avisées».

D’autres éminents confrères, comme Mustapha Alaoui, fondateur de l’hebdomadaire Al Ousboue, et le téméraire journaliste Aziz Elhor du quotidien Al Akhbar, ainsi que Maâ Alaynaïne Elinani de Radio MFM ont été distingués pour leur engagement professionnel. Le fondateur du site d’information Yabiladi.com, Mohamed Ezzouak, a été également primé lors de cette première édition au même titre que nos confrères de l’hebdomadaire francophone Challenge et de «Grand Angle», le magazine d’enquête de la chaîne 2M.  

Ayant enseigné des générations de juristes marocains, le très engagé Pr Michel Rousset a été également primé en sa qualité de président d’honneur de l’ONG qui s’est spécialement déplacé de France pour se prononcer sur «La sauvegarde des biens immobiliers entre loi et pratique». Et qui était le thème principal du grand meeting organisé par l’ADJM le 15 février à Casablanca.  Auteur prolifique et spécialiste du droit administratif, le Pr Rousset a été plusieurs fois sollicité pour consultation juridique avant que ce dossier ne soit révélé par la presse. Il avait également sensibilisé par écrit les pouvoirs publics sur «les dangers d’un système mafieux et le calvaire (judiciaire) des victimes».

L’avocate française, Viviane Sonier, a pris à bras le corps «ces dossiers qui l’ont poussée à traverser la Méditerranée» et «découvrir le droit marocain grâce à Me Messaoud Leghlimi». L’avocate au blouson rouge finira par être primée pour son engagement. Hasard ou pas, le ministère de la Justice vient de rendre publiques 17 mesures anti-spoliation, et ce, à la veille de cet événement  auquel ont assisté commis de l’Etat, diplomates US et européens, magistrats, fondations....

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc