Courrier des Lecteurs

Enseignement: C’est la zizanie!

Par L'Economiste | Edition N°:4942 Le 19/01/2017 | Partager
enseigenement_cl_042.jpg

■ Ecoles turques: Toujours pas de solution!
L’affaire de la fermeture des écoles turques me laisse sans voix… Les parents des enfants  inscrits au réseau d’établissements turcs Mohammed Al Fatih vont sévèrement trinquer! Pris de court en plein milieu de l’année scolaire et à l’approche des examens, ils sont dans l’impasse, ne sachant plus quoi faire… Même si des sit-in sont organisés chaque jour, aucune solution concrète n’est à ce jour proposée. Il est inadmissible que ces centaines d’enfants doivent payer le prix de problèmes politiques les dépassant! L’on sait qu’à cet âge, un changement d’école réalisé en plein milieu d’année peut aisément être synonyme d’échec et se traduira par un effort d’adaptation important. Bon nombre d’entre eux ont par ailleurs déjà fait leur place au sein de l’établissement!
Sans oublier que le modèle d’une de ces écoles, basée à Lissasfa, n’existe nulle part ailleurs à Casablanca. Un cauchemar pour les élèves aussi bien que pour les parents concernés!
C.S.
■ Déficit de profs dans le public: L’heure est grave!
Le déficit d’enseignants qui touche actuellement les écoles publiques m’alarme au plus haut point! En effet, depuis la rentrée, de nombreuses classes d’écoles primaires et secondaires sont sans enseignants! En d’autres termes, des centaines voire des milliers d’enfants passent leurs journées à ne rien faire depuis près de quatre mois! Le pire, c’est que les écoles ont jugé bon d’augmenter le nombre d’enfants par classe pour tenter de résoudre le problème… Cette soi-disant solution ne fait qu’empirer les choses et ne résout rien à mon avis! Quant au ministère de l’Education nationale, ce dernier a projeté d’organiser le plus rapidement possible une opération de recrutement de professeurs contractuels à grande échelle. Or, jusqu’à aujourd’hui, cette dernière n’a toujours pas eu lieu. Tout cela traduit un réel problème de gestion et de management au sein du secteur. Il faut à tout prix que ces écoles recrutent des enseignants qualifiés et motivés! Sinon, un grand nombre d’élèves risque de se diriger vers une année blanche… Agissons et vite!
B.N.

                                                                

■ Transport de voyageurs: Le gouvernement incapable de sévir
Le transport de voyageurs est l’un des secteurs que le gouvernement PJD avait promis de réformer. Cinq ans plus tard, il n’en est rien. L’activité demeure minée par l’anarchie et la rente. A part un petit nombre de sociétés, les opérateurs continuent d’exploiter leurs chauffeurs et de les faire travailler à un rythme insupportable. Les heures de travail ne sont jamais respectées. Les chauffeurs doivent souvent conduire pendant plusieurs centaines de kilomètres sans pouvoir se reposer comme le prévoit la réglementation.
L’obligation d’affecter deux ou trois chauffeurs selon la distance n’est pas toujours respectée par les opérateurs qui préfèrent faire des économies au détriment de la sécurité des voyageurs. La formation continue est une notion absente de leur langage.
La non-réforme des gares routières, qui obligent les autocars à partir même s’ils n’ont pas fait «le plein», poussent les chauffeurs à faire du racolage en route afin de vendre le maximum de places alors que cela est strictement interdit. Et cela se passe parfois au vu des policiers. Pourquoi tolère-t-on encore la vente des billets par des courtiers à l'extérieur des gares?
A.B.
■ Arriver premier ou être  majoritaire?
Je ne sais pas si la confusion entre «arriver le premier» et «être majoritaire» est volontaire ou pas. Je vois qu'elle empoisonne les discussions politiques. Voudriez-vous s’il vous plaît rappeler et souligner la différence dans vos colonnes? Cela me paraît vraiment nécessaire, car les amis du PJD entretiennent la confusion pour leurs tentatives de prise de contrôle de l'ensemble du Maroc. C'est comme ça qu’ils font dans mon environnement familial et professionnel. Dans une classe d'école, je peux être le premier sans pour autant avoir la moyenne. Il suffit que les autres aient une note inférieure à la mienne. Suis-je pour autant un bon élève? Certainement pas!
Le PJD a su mieux que les autres rentabiliser ses électeurs, mais cela ne lui donne pas pour autant la majorité,  encore moins le pouvoir absolu d' appliquer son programme comme il le voudrait!
La democratie lui impose de composer avec les autres ou d'autres courants politiques, que cela lui plaise ou pas. Merci de publier mon courrier.
Anass C, Entrepreneur individuel

■ La politique et le droit
Je suis un professeur de droit à la retraite dans votre beau pays. Malheureusement, j'entends quelques «bêtises» que je veux contribuer à redresser, si vous le permettez.  D' abord je rappelle un fait historique, car  les Marocains sont majoritairement trop jeunes pour l'avoir appris. C'était pour l'élection de M. François Mitterrand en France en 1981. Quelques semaines après la victoire, les militants du «Programme commun» ( alliance de plusieurs partis de gauche autour du parti socialiste contrôlé par le candidat Mitterrand) se sont mis à manifester en clamant qu'ils sont «la légalité puisqu'ils ont la majorité».  Autrement dit, ils voulaient asservir le droit à leurs visées politiques.
Le journal Le Monde lui même avait repris ce mot d'ordre. De dures discussions internes l'ont vite ramené sur un chemin plus sérieux...
Quant aux militants, ils ont tous été durement recadrés: ce qu’ils revendiquaient était une forme de coup d'Etat, totalement inadmissible. Il n’empêche que ceci est resté longtemps comme une tache sur l'honorabilité des socialistes français.
Je serais navré que cela se reproduise au Maroc.
Gérard  D, ancien professeur
 
■ Zoo de Rabat: Un bilan positif!
J’ai été particulièrement étonné par la beauté des photos du reportage animalier paru dans votre journal datant du 16 janvier dernier. L’on peut y admirer toute une panoplie d’animaux aux couleurs chatoyantes et aux mouvements gracieux! Ce zoo à la fois moderne et pédagogique est à mon sens une véritable fierté pour le Maroc. Le Royaume contribue en effet à recueillir à travers cet établissement bon nombre d’espèces menacées de disparition et dévoile au public des animaux provenant des quatre coins de la planète dans des environnements sauvages plus vrais que nature ! L’ancien zoo de Rabat fait pâle figure à côté tandis que celui d’Ain Sebaa maltraitait ses «pensionnaires» qui y apparaissaient squelettiques et souffrant de maladies diverses. Grâce à ce zoo qui fête aujourd’hui ses cinq ans, le Maroc a réussi le pari de réussir à créer un parc animalier de qualité, pensant aussi bien au confort des visiteurs que des animaux. Bravo!
S.O.

■ Les eaux des crues pour sauver l’agriculture
Et si les eaux de crues des oueds du pays étaient récupérées pour sauver l’agriculture marocaine? Pour la première fois dans l’Oriental, la région d’Oujda a pu planter pas moins de 1.300 hectares d’amandiers à travers l’épandage des eaux de crues de l’oued Isly. Il s’agit plus exactement d’une technique de récupération de ces eaux pour des fins agricoles. Je pense qu’il faudrait généraliser cette méthode à travers l’ensemble du pays. D’autant plus que l’année a été relativement maigre en termes de résultats pluviométriques. Cela fait plusieurs semaines qu’il n’a pas plu à Casablanca, Marrakech ou encore Rabat! Cette démarche permettrait alors de sauver la mise, l’agriculture étant un volet phare et incontournable de l’économie marocaine… A bon entendeur salut!
F.L.

■ Drame d’Amskroud: Un chauffeur irresponsable!
Le chauffeur de l’autobus qui a eu un accident grave samedi dernier sur l’autoroute Agadir-Marrakech est à mon sens totalement irresponsable.
Il aurait en effet utilisé son téléphone pas moins de 54 fois durant le voyage, dont 14 fois à l’approche de l’heure du drame! Comme si cela ne suffisait pas, il roulait beaucoup trop vite et n’avait pas fermé l’œil depuis 24 heures.
C’est tout simplement honteux qu’une personne responsable de la vie d’autant d’autres individus prenne autant de risques sur la route. Je pense qu’il faut à tout prix revoir la formation des chauffeurs de bus au Maroc et les sensibiliser sur les dangers de la conduite! C’est inconscient et immature d’agir ainsi! A bon entendeur salut!
C.P.
■ Zéro Mika: Pari réussi!

zero_mika_042.jpg

Qui aurait pu croire il y a quelques années que le Maroc serait «débarrassé» une fois pour toutes de ses sacs plastiques. Quelques mois après le lancement de l’opération «Zéro Mika», le bilan est pourtant bel et bien positif! Les fameux emballages ont été totalement interdits d’utilisation, de stockage, de fabrication et même d’importation. Bon nombre d’unités industrielles chargées auparavant de leur production ont également bénéficié de plans de reconversion. Le sac plastique fait désormais officiellement partie du passé du Royaume et c’est tant mieux. Ils polluaient les paysages des différentes régions et cela était plus que dérangeant. Le pari est donc réussi!
B.B.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc