Entreprises

Eolien: Enel mobilise les moyens de ses ambitions

Par Safall FALL | Edition N°:4937 Le 12/01/2017 | Partager
Le groupe boucle un green bond de 1,2 milliard d’euros
Objectif: soutenir la croissance de ses activités à l’international, dont le Maroc
eolien_enel_037.jpg

En s’associant avec Nareva Holding et Siemens sur le programme éolien intégré de 850 MW, l’italien Enel Green Power se propulse du coup dans la cour des majors opérant sur le marché local des énergies vertes (Ph. AFP)

Il faut parfois les gros moyens qui vont avec les grosses ambitions. Le géant italien de l’énergie, Enel Green Power, vient d’annoncer la finalisation d’un important green bond à 1,2 milliard d’euros. L’opération a été souscrite entièrement sur le marché européen par divers investisseurs institutionnels. Ce fonds devrait surtout permettre à l’énergéticien de soutenir le financement du développement de ses activités. Le Maroc, où le groupe italien vient de remporter de nouveaux contrats, fait partie en effet de ces nouveaux marchés sur lesquels Enel mise gros.

La société est partie prenante du méga-projet éolien intégré de 850 MW remporté l’année dernière au sein d’un groupement, mené par Nareva Holding et composé de l’industriel allemand Siemens. Ce programme, d’un coût global de 12 milliards de DH, comprend en fait cinq projets avec à la clé l’un des tarifs d’électricité éolienne les moins chers au monde. Avec cette levée, le groupe conforte donc sa sérénité financière en vue du lancement de la construction de ces parcs éoliens. Leur mise en service devrait s’opérer progressivement entre 2017 et 2020. La totalité de l’énergie générée par les cinq parcs éoliens sera vendue à l’Office national de l’électricité et de l’eau potable.

Siemens assurera la fourniture des pales à partir de son nouveau site industriel de Tanger (1 milliard de DH d’investissement). D’autres composants destinés aux mats devraient aussi sortir des usines d’industriels locaux comme Maghreb Steel et Delattre Levivier Maroc, dès que les contrats annoncés seront bouclés. Mais ce n’est pas le seul projet qu’Enel Green Power gère au Maroc. Le groupe italien opère aussi dans la production électrique pour comptes privés. Il a décroché, il y a quelques années, un important deal d’approvisionnement en énergie électrique auprès de Maghreb Steel, à hauteur de 90% des besoins du géant marocain de l’acier.

Enel devrait en effet, à cette fin, lancer dès début 2017 la construction d’un parc éolien dans le sud du Royaume, pour un approvisionnement qui devrait démarrer l’année prochaine, selon les engagements contractuels. Mais le projet est aujourd’hui ralenti par les autorisations du gestionnaire public du réseau électrique national, l’ONEE.
Pour rappel, le groupe italien contrôle depuis 2007 l’Energie électrique de Tahaddart (EET), une société d’exploitation de la centrale électrique éponyme à cycle combiné, filiale du groupe espagnol Endesa, lui-même détenu par Enel. Le site est opérationnel depuis 2005 pour un investissement de 3 milliards de DH et une capacité développée de 384 MW. Près de 8% de l’électricité consommée par le Royaume en 2014 provient de cette centrale.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc