Brèves internationales

Brèves Internationales

Par L'Economiste | Edition N°:4903 Le 23/11/2016 | Partager

■ Banques étrangères établies dans l’UE: La riposte de Bruxelles
La Commission européenne compte riposter à des mesures mises en place aux Etats-Unis. Elle propose d’imposer, comme ces derniers dans leur pays, des règles de contrôles plus strictes pour les grandes banques étrangères établies dans l’Union européenne. Cette proposition, qui doit être présentée ce mercredi par la Commission (dans le cadre plus large d’un grand paquet bancaire), pourrait également compliquer la donne pour le Royaume-Uni en cas de Brexit. Cette mesure devra ensuite être discutée entre les 28 Etats membres et le Parlement européen.
 
■ La BCE reste prête à agir
La BCE reste prête à agir pour soutenir la croissance et l’inflation en zone euro, selon son chef Mario Draghi, jugeant les risques financiers de sa politique ultra-accommodante pour le moment contenus. Le Conseil des gouverneurs se réunira le 8 décembre et de nombreux économistes s’attendent à ce qu’il décide d’alléger de nouveau la politique monétaire, en prolongeant de six mois la période de rachat massif de dette, l’un de ses outils exceptionnels pour aider une économie toujours poussive. La BCE a également abaissé ses taux d’intérêt à des niveaux historiquement bas et abreuve les banques de liquidités à bon marché pour les encourager à prêter davantage et dans la foulée, relancer la croissance.
 
■ Le textile français s’attend à un exercice mitigé
L’industrie française du textile s’oriente vers un exercice 2016 mitigé, entre un climat national morose contrebalancé par des exportations en hausse, mais qui ralentissent du fait de nombreux marchés émergents en crise et beaucoup d’incertitudes pour l’avenir. Le chiffre d’affaires de la filière a progressé de 2,5% sur les neuf premiers mois de l’année, soutenu notamment par les exportations et une hausse des prix liée à des tensions sur certaines matières premières comme le lin et le coton, selon l’UIT. Pour 2016, la Fédération s’attend à une légère croissance du chiffre d’affaires, ou à une stagnation dans le pire des cas, à quelque 13 milliards d’euros. Les exportations, qui pèsent environ deux tiers du chiffre d’affaires du secteur, ont en revanche progressé de 2% sur les neuf premiers mois. Une orientation qui devrait perdurer au quatrième trimestre selon l’UIT, notant toutefois un net ralentissement par rapport à 2015 où elles avaient augmenté de 5%.

■ Le TPP sans les Etats-Unis !
Trump l’avait promis, il y aurait du changement avec sa présidence. Le nouveau président élu vient de donner un aperçu de ce que seraient les cent premiers jours de son mandat. Pour le moment, la confrontation à la réalité du pouvoir ne semble pas totalement faire reculer le milliardaire-président. Ce dernier a assuré que les Etats-Unis vont se retirer du TPP (Partenariat Trans-Pacifique), et dès le premier jour! Le président américain jouera bel et bien la carte du protectionnisme. Il s’est dit déterminé à éviter «une catastrophe» qui, selon lui, coûterait beaucoup d’emplois aux États-Unis. En guise de compensation, Trump promet de renégocier avec force une série d’accords bilatéraux. Face à cette défection déstabilisante, la Chine pourrait reprendre le leadership du TPP.

■ Turquie: L’AKP renonce à une loi controversée
Un projet de loi défendu par l’AKP a suscité un tollé parmi les associations féministes, l’opposition et une partie de la population. Sous pression, le Premier ministre, Binali Yildirim, a annoncé hier qu’une commission modifiera le texte. Ce dernier laissait une ambigüité planer, celle de légitimer le viol. En effet, un homme accusé «d’agression sexuelle sans contrainte » (formule pour le moins schizophrène!) sur une mineure pourrait voir les poursuites stoppées à condition de se marier avec elle. Le ministre de la Justice, Berkin Bozdag, défendait à l’origine cette loi car elle était destinée à désengager les poursuites contre les couples mariés avant la majorité, une pratique occasionnelle dans quelques villages. Même la fille cadette d’Erdogan, à la tête d’une association féministe proche du pouvoir, a fustigé un texte risquant de légitimer le viol et d’encourager le mariage des mineurs. A nouveau, des voix s’élèvent contre un conservatisme de l’AKP qui entretiendrait la violence sexiste dans la société selon les organisations féministes.

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc