Evénement

Dans les coulisses du Sommet de Marrakech

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:4896 Le 11/11/2016 | Partager

■ Impact de l'environnement sur les mouvements terroristes
«Évoluer de la vulnérabilité au changement climatique vers la résilience», c’est le plan d’action intitulé «3S Plan d’action pour l’Afrique», qui sera adopté aux côtés de la déclaration à une conférence ministérielle africaine le 14 novembre à la COP22. Il vise entre autre à stabiliser les zones propices aux migrations et à la radicalisation en prévenant la dégradation environnementale ainsi qu’à combattre l’influence des mouvements terroristes et du trafic d’êtres humains en renforçant la veille et la gestion des ressources naturelles abandonnées.

                                                                                   

■ Justice climatique
Le gouvernement marocain et ses partenaires viennent de dévoiler le «Livre bleu sur l’eau et le climat». Il s’agit là du résultat concret de la Conférence internationale intérimaire sur l’eau et le climat, organisée à Rabat en juillet 2016, en coopération avec le gouvernement français et le Conseil mondial de l’eau. Cette publication rassemble les orientations et les recommandations formulées par la communauté internationale de l’eau pour la mise en œuvre des engagements climatiques, proposant un large éventail de solutions concrètes et applicables par la gestion de l’eau pour l’adaptation et la résilience. D’autant que l’insécurité de l’eau conduit à des conflits accrus, des tensions entre les populations, et provoque également des migrations qui menacent la stabilité globale. L’initiative «de l’eau pour l’Afrique», créée par le Royaume du Maroc et soutenue par la Banque africaine de développement, est également lancée. Elle vise à rendre justice à l’Afrique par l’adoption d’un plan d’action spécifique qui mobilisera différents partenaires politiques, financiers et institutionnels internationaux pour améliorer les services et la gestion de l’eau et de l’assainissement sur le continent, pour les personnes les plus affectées par le changement climatique.

                                                                                   

■ Laisser une trace

laisser_une_trace_096.jpg

Les participants à la COP22 ont été invités à laisser leur message sur une toile géante de 10 m sur 7 installée dans la zone de la société civile. Cette initiative de l’association Travive, «Tous pour Rabat ville verte» a pour objectif «de laisser une archive qui rappellera l’engagement de tous pendant la conférence à Marrakech», a précisé Aïcha Detsouli, présidente de Travive et membre de la Coalition marocaine pour la justice climatique (CMJC). Une fois recouverte, cette toile, labellisée par le comité scientifique de la COP22, sera reproduite sous différentes formes: tableau, carte de vœux, marque-pages, timbres… Histoire de rappeler sans cesse l’empreinte laissée à Marrakech.

 

                                                                                   

■ Invention
Des chercheurs marocains en médecine et en ingénierie ont mis au point le système de dialyse portable (MorWAK: Moroccan Wearable Artificial Kidney). L’hémodialyse en centre coûte cher au système de soin. Elle est très demandeuse en ressources comme l’eau (500 litres d’eau par séance de dialyse dont 320 litres osmosés) et l’électricité (jusqu’à 1000 Wh par machine) et engendre une grande quantité de déchets. Cette technologie portable en hémodialyse ne nécessite aucune ressource hydrique, est très peu énergivore, avec moins de déchets produits et la plupart de ses composants sont réutilisables. Une piste intelligente face à l’accroissement du nombre de patients dans le monde avec des prévisions de plus de 3 millions de dialysés en 2020.

                                                                                   

■ Les médias à la rescousse

medias_cop_220_96.jpg

«Les médias sont un acteur fondamental et décisif pour expliquer le phénomène dans ses différents détails et le rapprocher des citoyens» insiste Driss El Yazami, président du comité de pilotage de la COP22. La Haute autorité de la communication audiovisuelle a réuni conférenciers, experts, journalistes et reporters autour des questions liées à la protection de l’environnement, la préservation de la nature et la lutte contre le réchauffement climatique. Objectif: sensibiliser les citoyens et toutes les parties et susciter une réelle prise de conscience de son impact direct sur la vie quotidienne, ainsi que la nature et la planète en général. Pour Nizar Baraka, président du comité scientifique, «nous avons besoin de changer le paradigme et nos pratiques quotidiennes en tant que citoyens, États, institutions, journalistes, organisations, individus ou groupes, dans nos relations avec la nature», ajoutant que «les médias doivent clarifier et simplifier cette nouvelle logique pour les citoyens et relayer les expériences et innovations réussies rendues possibles grâce à des alternatives réelles pour la lutte contre le réchauffement climatique».

 

 

                                                                                   

■ Smart Tourism Africa
Événement labellisé COP22, la Société marocaine d’ingénierie touristique a voulu convier les communautés mondiales du tourisme, de la finance et de l’innovation à un moment inédit de partage pour poser la première pierre à l'édifice d'une politique de développement touristique inclusive et durable de nos territoires.

                                                                                   

■ Des timbres écologiques

timbre_ecologique_096.jpg

La cité de la poste a pris place sur un espace de 1.000 m2, pour célébrer l’organisation marocaine de la COP22. Les visiteurs y découvrent un musée éphémère, un espace d’exposition d’œuvres philatéliques dédiées à la thématique de l’environnement et des ouvrages qui relatent la genèse de la poste. Au programme également, plusieurs conférences d’experts qui débattent des problématiques environnementales. La cité propose aussi aux enfants de participer au concours «Dessine-moi un timbre vert». Les lauréats verront leurs dessins reproduits sur des timbres-poste en 2017. Pour rappel, le Groupe Barid Al-Maghrib a lancé le 2 novembre dernier à Rabat deux timbres-poste écologiques commémorant l’évènement de la COP22.

 

 

                                                                                   

■ Quand ça profite aux habitants

loubna_et_hicham_guennoun_096.jpg

Loubna et Hicham Guenoun sont pilotes de ligne. Tous deux ont décidé de développer l’association du village Ait Ben Haddou, fondée par le père de Loubna il y a 27 ans. Classé patrimoine mondial de l’humanité en 1987, le site connaît une notoriété fondée avec quelque 100.000 visiteurs par an. Mais très vite, les effets néfastes se sont fait sentir. L’argent du tourisme ne profitant pas aux habitants. L’association se devait alors de leur permettre de se réapproprier leur village. Plusieurs projets y ont été menés entre la réhabilitation du vieux village, avec la construction de lieux racontant son histoire, comme la maison de moralité qui propose une immersion des cinq sens dans les rites et rituels ancestraux berbères et la transformation du nouveau village en village éco-durable. A saluer.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc