Evénement

L’agroécologie: Les universitaires y croient

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:4896 Le 11/11/2016 | Partager
Les industriels et les experts restent sceptiques
L'agriculture raisonnée, une pratique historique et spontanée au Maroc
mohamed_benichou_096.jpg

«Les thèses croupissent souvent dans des rayons de bibliothèques universitaires et personne n'a jamais pris l'initiative de les synthétiser afin de les médiatiser pour ensuite les vulgariser», indique Mohamed Benichou, universitaire à Cadi Ayyad (Ph. MB)

- L’Economiste: Agroécologie, permaculture, agriculture biologique... des solutions alternatives à même de promouvoir les territoires face au changement climatique. C’est réaliste à votre avis?
- Mohamed Benichou:
De nombreux acteurs, poussés par les attentes des consommateurs, se sont engagés dans la lutte contre le changement climatique et dans l’évolution nécessaire de l’agriculture pour la société. Ils mettent en place de nouvelles formes de production, toujours plus responsables, et l’on entend désormais souvent les termes d’agriculture raisonnée, d’agriculture diversifiée biologique, de permaculture, de polyculture, d'agroécologie, de production bio, etc. Toutes ces approches tendent à fournir des produits de qualité tout en maîtrisant leur impact sur l’environnement et en œuvrant à une relation de proximité entre producteur et consommateur. Si on prend le concept de la permaculture, qui remonte au début du XXe siècle, il est pratiqué historiquement au Maroc et de façon spontanée. C'est notre culture intrinsèque, mais malheureusement envahie par l'importation de produits industrialisés! L'exode rural a contribué à l'abandon progressif de ce concept. Les jeunes quittent les villages et les femmes se détournent des traditions agroécologiques que leurs parents maîtrisaient.

- Mais est-ce réaliste?
- En prenant en considération notre riche histoire, notre géographie diversifiée, nos territoires et notre intégrité territoriale, nous sommes en mesure de dire que c'est réaliste et réalisable. Pour atteindre ces objectifs, il faut bien évidemment une politique nationale, mais surtout une décentralisation et déconcentration régionales et territoriales. Et dans ces politiques, l'université doit être l'acteur principal du changement à travers la formation, la R&D et l'innovation. Aujourd'hui, l'université marocaine couvre pratiquement toutes les 12 nouvelles régions du Royaume. Chacune d'entre elles est interpellée pour répondre aux exigences de son territoire. Le climat de la région de Marrakech n'est pas celui de Tanger, ni celui de notre Sahara... Chacune des universités est implantée dans un environnement à climat et biodiversité différents, ce qui lui dicte et impose une stratégie et un plan d'action adaptés.

- La recherche est primordiale pour la sécurité alimentaire. Prend-on suffisamment en compte les conclusions et les solutions proposées par les universitaires?
- Malheureusement, non! Pourquoi? Parce que tout simplement les solutions qu'ils proposent restent souvent ignorées. Nous avons réalisé des travaux d'une grande importance, aussi bien en formation qu'en recherche en matière de sécurité alimentaire, mais bien qu'ils soient publiés dans des revues internationales, ils n'intéressent que les spécialistes du domaine. Les thèses croupissent souvent dans des rayons de bibliothèques universitaires et personne n'a jamais pris l'initiative de les synthétiser afin de les médiatiser pour ensuite les vulgariser.
L'université Cadi Ayyad, quant à elle, travaille depuis plusieurs années, à travers ses formations et ses recherches, sur différentes thématiques en lien direct et indirect avec l'environnement et le développement durable. La sécurité alimentaire fait partie des nouvelles contraintes sur le plan écologique, social et économique qui se sont imposées à l'échelle mondiale et ont orienté les préoccupations de l'université. L’institution a ainsi fait le choix de se positionner comme étant une université verte et à responsabilité sociétale.

Propos recueillis par
Badra BERRISSOULE

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc