COP22

Ceux qui ont fait la COP

Par Amin RBOUB | Edition N°:4892 Le 07/11/2016 | Partager

Derrière chaque grand événement, il y a des chefs d’orchestre qui en assurent le pilotage, le suivi et apportent les ajustements qui s’imposent au fur et à mesure de l’avancement dans l’organisation. Il s’agit d’équipes pluridisciplinaires rodées à l’exercice de planification et déploiement. Une task force qui veille au respect du cahier des charges, des prescriptions spéciales (CPS), qui font du suivi et évaluent en permanence l’architecture de l’événement tant en contenu qu’en contenant. C’est ce même comité d’organisation qui met en place la feuille de route de l’événement. C’est ce noyau qui devra, sous l’oeil vigilant du commissaire, mettre en place le dispositif nécessaire pour la gestion de cet événement international qui va regrouper plus de 40.000 personnes, dont 3.500 journalistes à Marrakech.
10 mois avant la grand-messe de Marrakech (le 11 février), le Souverain a approuvé la nomination du comité de pilotage. Présidé par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Salaheddine Mezouar, ce comité est composé de 11 membres dont les missions sont clairement définies. Les membres ont tous déjà fait leurs preuves dans leurs domaines respectifs: ministres, anciens ministres, ambassadeurs, diplomates, walis, société civile, hauts cadres, représentants du patronat, spécialistes des médias et de la communication... Le who’s who des hommes et femmes de la COP22.

Salaheddine Mezouar, président

mezouar_salahedine_092.jpg

C’est le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération qui préside le comité de pilotage de la COP22. Ancien ministre des Finances, Mezouar a également occupé le portefeuille de l’Industrie, du Commerce et de la Mise à niveau de l’économie. En plus des préparatifs du Sommet sur le climat, le président du comité de pilotage s’est fixé plusieurs priorités, notamment la feuille de route des 100 milliards d’euros par an en faveur des pays en développement, le renforcement des capacités, l’agenda de l’action ainsi qu’une série d’innovations qui seront dévoilées lors de l’événement. Le président du comité de pilotage supervise également toutes les grandes rencontres avec les Etats participants, les grandes réunions, notamment celles sur le dialogue de facilitation, ou encore la rencontre des ministres des Finances consacrée au financement vert.

Aziz Mekouar, ambassadeur pour la négociation multilatérale

aziz_mekouar_092.jpg

C’est le négociateur en chef du Sommet sur le climat. Aziz Mekouar est un grand diplomate, doublé d’un fin négociateur. «Je suis chargé de faire tomber d’accord 195 Etats!» résume parfaitement le négociateur en chef. Aziz Mekouar était ambassadeur du Maroc aux Etats-Unis au lendemain des attentats du 11 septembre. Il a également été le représentant permanent du Maroc à l’ONU.

Abdelâdim Lhafi, commissaire

abdeladim_lhafi_092.jpg

Abdelâdim Lhafi est haut-commissaire aux Eaux et forêts et à la lutte contre la désertification depuis 2003. Il a occupé plusieurs fonctions dont celles de secrétaire d’Etat chargé de la mise en valeur agricole, ambassadeur du Royaume du Maroc en Allemagne et gouverneur représentant du Maroc au Fonds international du développement agricole à Rome. Il a récemment été élu président de l’Observatoire du Sahara et du Sahel. C’est plutôt Abdelâdim Lhafi le vrai pilote de la COP22. En tant que commissaire général de la COP de Marrakech, c’est lui qui assure le déploiement du dispositif pour la gestion de l’événement avec plus de 40.000 participants.  Abdelâdim Lhafi n’est pas étranger à la problématique du climat, il a déjà été commissaire général du pavillon marocain  pour l’exposition universelle de Hanovre en 2000, en Allemagne, placé sous le signe de  l’homme, la nature et la technologie. Une thématique au cœur du développement durable et de l’écologie. En 2005, il pilote l’exposition internationale de Nagoya au Japon, tournée vers «la sagesse de la nature».

Hakima El Haité, envoyée spéciale pour la Mobilisation

el_haiti_092.jpg

Ministre déléguée en charge de l’Environnement, Hakima El Haité a une responsabilité des plus stratégiques au sein du comité de pilotage. Elle assure la mission d’envoyée spéciale pour la mobilisation. Hakima El Haité est ministre déléguée auprès du ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement chargée de l’Environnement depuis octobre 2013. Elle est experte en gestion de projets liés à l’environnement et au développement durable. Elle a publié plusieurs livres et articles scientifiques sur la thématique du climat, de l’environnement, du développement durable...

Nizar Baraka, président du comité scientifique

nizar_barak_092.jpg

«Nous voulons faire de la COP22 une COP de la mise en œuvre de l’accord de Paris, mais aussi une COP marquée par le développement d’une nouvelle logique de financement et l’établissement d’un lien entre la communauté scientifique, les acteurs non étatiques et les gouvernements», résume Nizar Baraka,  en sa qualité de président du comité scientifique. Le patron du CESE (Conseil économique, social et environnemental) s’attelle à consulter les experts scientifiques dans tous les domaines.

Driss  El Yazami,  chef du pôle de la société civile

driss_el_yazami_092.jpg

Il est le pivot de la société civile. Driss El Yazami a pour mission de porter les messages sur le climat auprès des milieux associatifs et des ONG. Son rôle est d’enclencher un débat, sensibiliser et oeuvrer avec la société civile au renforcement des capacités. Il est aussi appelé à monter un réseau international avec les ONG et à mener un travail de fond avec les collectivités territoriales au  niveau des communes et régions. Driss El Yazami est aussi président du Conseil national des droits de l’homme.

Saïd Mouline, chef du pôle partenariat public/privé

said_mouline_092.jpg

Porter la voix du secteur privé, défendre les propositions des opérateurs économiques, faciliter le PPP, promouvoir la fiscalité verte... sont autant de missions confiées à Saïd Mouline. Le chef du pôle PPP n’est autre que le directeur de l’AMEE (Agence marocaine de l’efficacité énergétique). Mouline est aussi président de la Commission d’énergie, du climat et de l’économie verte à la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM).

Fouzi Lekjaa, chef du pôle financier

fouazi_lekjaa_092.jpg

C’est le directeur du budget au ministère des Finances, le président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), qui assure la gestion financière de la COP22. Le chef de file du pôle financier mène également un travail sur les instruments économiques et financiers pour une meilleure gouvernance environnementale et climatique.

 

 

 

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc