SOLUTIONS & CO by sparknews

En terre, en bois ou en kit, l’habitat se réinvente

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:4891 Le 04/11/2016 | Partager
hbitat_ecolo_090.jpg

Pour 140.000 DH seulement, Eco-Dôme Maroc propose des habitations écologiques de 72 m², composées de 4 pièces, faites d’un mélange de terre et de ciment (Source: Eco Dôme Maroc)

Des offres inventives et innovantes d’habitation, c’est ce que propose la start-up marocaine Eco-Dôme. De terre à 90% et de ciment, l’habitation en forme de dôme est écologique, résiste aux catastrophes naturelles et revient moins chère qu’une construction en béton armé. Les avantages ne s’arrêtent pas là: durée des travaux réduite de moitié, isolation acoustique et thermique et baisse des émissions de CO2 jusqu’à 64%. L’entreprise propose aussi des «maisons de demain» en kit ou en bois à monter en 2 semaines.

La première technique n’est pas nouvelle. Elle est même plutôt ancienne. Utiliser la terre pour élever les murs de sa maison. Sauf que là, le mélange est composé de terre à 90% et de ciment, et l’habitation prend la forme de dômes. Résultat: la construction se fait écologique, résiste aux catastrophes naturelles, du cyclone aux inondations et séismes, mais aussi au feu, et s’auto-stabilise grâce à ses arrondis sans utilisation de ferraillage. Le fait de l’utilisation de matériaux de construction naturels et locaux réduit nettement son coût, s’inscrivant ainsi comme une alternative pour les petits budgets. C’est la promesse de la start-up marocaine Eco-Dôme Maroc, née de l’accompagnement des experts du programme accélérateur Empact lancé par OCP entrepreneurship network et Enactus Morocco. Cette entité a également été distinguée au niveau mondial en novembre 2015 lors de la compétition internationale CleanTech Open Global à San-Francisco et en décembre de la même année au plus grand Bootcamp, le MassChallenge à Boston.

Isolation acoustique et thermique

Le premier intérêt pour le citoyen est de voir chuter de 45% le coût du m² par rapport à une construction en béton armé. Autre gain, de temps cette fois, puisque la durée des travaux est réduite de moitié. De plus, la terre et sa forme en dôme assurent une isolation acoustique, mais aussi thermique qui rend l’habitation parfaitement chaude en hiver et fraîche en été, permettant une économie de chauffage et de climatisation. Sans oublier sa touche environnement puisqu’elle garantit une réduction des émissions de CO2 jusqu’à 64%. L’offre est alléchante. Pour acquérir une maison de 72 m² avec 4 pièces, installation en électricité et en eau, appareils sanitaires et électriques compris, il faut débourser 140.000 DH. L’entreprise marocaine a d’ores et déjà 2 projets à son actif. La construction d’une habitation à Sidi Allal El Bahraoui où vit une famille de 5 personnes, et d’un centre culturel de 250 m² au profit des élèves de la région d’Agouim, actuellement en cours de réalisation. Il s’agissait là pour l’entreprise d’offrir aux enfants de cette région rurale, située entre Marrakech et Ouarzazate, un lieu où lire, créer et se cultiver.
En kit et en bois maintenant pour ces maisons françaises, aujourd’hui disponibles au Maroc, à monter en à peine 2 semaines. Véritables «maisons de demain», elles coûtent 250.000 DH, livrées et construites, pour une superficie de 100 m². Murs et plafond sont en bois canadien, robuste et connu pour ses propriétés isolantes, les normes suivent la qualité internationale et les installations sont prêtes à accueillir les équipements de production d’énergie, qu’elle soit éolienne ou par panneaux photovoltaïques. Une option d’habitation, privée ou touristique, écologique comme le veut la tendance et idéale pour les régions du Sud.

Ecotourisme, de plus en plus de convertis

Dans la région de Marrakech notamment, certains acteurs du tourisme jouent la carte de la valorisation locale. Entre mesures en développement durable et promotion de l’écotourisme, ces établissements collent à l’environnement, et à l’environnement immédiat puisqu’il s’agit de s’appuyer sur la culture amazigh, son architecture, sa cuisine et ses activités. Une offre qui s’étoffe. Dans le désert d’Agafay ou dans la vallée de l’Ourika, certains se développent au rythme de la permaculture, accueillant les amateurs de nature sauvage, alors que d’autres eco-lodges préfèrent allier à la tradition, le chic et le luxe. L’avantage de ces régions tient également dans ses possibilités d’activités et d’excursions. Potagers, animaux, stages mieux-être, tout est tourné vers un tourisme responsable, qui permet de mettre en avant les productions locales et artisanales. Comme une alternative à la pauvreté.

leconomiste.jpg

 

 

 

 

soco_footer_1.jpg
 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc