Economie

Protection du littoral: Inspirons-nous du reste du monde

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:4885 Le 27/10/2016 | Partager
Rabat réunit des experts mondiaux pour le 6e congrès mondial EnviroCities
Les expériences réussies de Miami et d’Abou Dhabi donnent du grain à moudre
Hakima El Haite invite les villes à ficeler leurs projets

Les villes côtières sont préoccupées par l'avenir de leur littoral. Rabat qui abritait en début de semaine les travaux du 6e congrès mondial EnviroCities 2016 a accueilli des dizaines de maires, d’acteurs publics et privés et experts qui ont longuement débattu des défis des changements climatiques et des solutions à mettre en place pour protéger ces espaces qui se dégradent inexorablement.  
Un thème qui se situe au cœur des préoccupations du sommet mondial du climat, COP22, prévu en novembre prochain à Marrakech. «Aussi, les villes sont-elles invitées à définir leurs engagements dans les différents domaines (déchets, transport, habitat…) pour contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre», soulignait Hakima El Haite, ministre déléguée, chargée de l’Environnement. Une invitation à ficeler des projets de protection et sauvegarde en prenant exemple sur les expériences réussies de certaines villes. Exemple est pris sur les Emirats Arabes Unis en matière de protection du littoral et traitement des eaux usées. Cette expérience a été présentée par Marouane Temimi, professeur associé à Masdar Institute à Abou Dhabi, qui a précisé l'importance du rôle de son institut dans le renforcement des capacités des ressources humaines des ministères et celui des villes. Et abordé les actions menées en matière de traitement des eaux usées. «Ces efforts ont permis d’assurer un traitement de haut niveau (tertiaire) de l’ensemble des eaux usées déversées dans le Golfe», affirme-t-il. L’objectif des responsables est de mettre un terme au déversement de ces eaux, même traitées, dans le littoral. Pour ce faire, un projet est en cours qui consiste à acheminer les eaux usées à une station de traitement située dans le désert. L’acheminement des eaux va se faire par gravité via un tunnel souterrain de 40 km de long. Après son traitement, l’eau sera réutilisée dans l’agriculture et l’arrosage, ce qui aura un impact positif sur le climat en favorisant ainsi la création d’un écosystème propre et durable.
L’aménagement des plages figure également parmi les sujets abordés lors de la rencontre de Rabat. C’est le cas de la plage de Miami, aux USA, sérieusement affectée par les changements climatiques qui se sont matérialisés par la montée du niveau de la mer. La semaine dernière, la ville a été frappée par des inondations entraînant des dégâts énormes, signale Stephen Leatherman, professeur à l’université internationale de Floride qui travaille sur le projet de la protection de la plage de Miami. Pour pallier cette situation, les autorités ajoutent du sable naturel pour étendre la zone de la plage, explique-t-il. Mais cette opération est très onéreuse, précise-t-il, car les sources d’approvisionnement en sable sont très éloignées.

Au Maroc, commençons par délimiter le littoral...

«La longueur du domaine public maritime marocain s’élève à environ 3.411 km», indique dans son intervention Lahcen Ait Brahim, directeur au ministère de l’Equipement. «Premier travail à faire pour valoriser ce patrimoine, c'est d'abord de le délimiter», martèle-t-il. Actuellement, la délimitation administrative a atteint 64% et 32% sont en cours, signale Ait Brahim qui assure que tous les efforts seront déployés pour achever cette opération en 2017. Le responsable rappelle qu'en matière de protection du littoral, le Maroc peut s'enorgueillir de son programme national de contrôle de la qualité des eaux des plages lancé en 1993. Il avait démarré avec 18 plages pour atteindre actuellement 150 sites.
Dernière annonce et pas des moindres, Lahcen Ait Brahim annonce que le ministère de l'Equipement compte lancer, dès 2017,  une étude afin d'établir une vision globale pour la valorisation de ce patrimoine.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc