Economie

Climat: Les financements arrivent

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:4881 Le 21/10/2016 | Partager
Et dépasseront les 100 milliards de dollars promis
La rencontre pré-COP22 organisée à Marrakech balise la voie
Et acte l’entrée en vigueur des accords de Paris le 4 novembre prochain
climat_financement_081.jpg

De gauche à droite, Laurence Tubiana, Patricia Espinosa, Secrétaire exécutive de la CCNUCC, Aziz Mekouar, ambassadeur pour la négociation multilatérale, Hakima El Haite (à droite), ont de quoi être optimistes. La pré-COP leur donne de grands espoirs pour la concrétisation des objectifs de Paris (Ph. Mokhtari)

De l’action et du concret. C’est ce qui caractérisera la 22e conférence sur les changements climatiques et c’est ce qui est ressorti de la pré-COP organisée à Marrakech les 18 et 19 octobre dernie r. A quelques jours du lever de rideau du grand rendez-vous climatique, comité de pilotage marocain, ministres de 80 pays et représentants de la CCNUCC ont organisé une rencontre de haut niveau qui a abordé l’agenda pré-2020 et le Plan d’action mondial pour le climat porté par les deux championnes, Laurence Tubiana et Hakima El Haite. Réduire le carbone n’est pas un projet individuel. La mobilisation se doit d’être commune et générale et la société civile est aux premiers rangs. Et pour appuyer ses efforts, l’Union européenne vient de signer en marge de la pré-COP un mémorandum d’entente avec trois acteurs sociaux marocains, le CNDH, le Conseil économique social et environnemental et la CGEM. L’UE dédie une enveloppe de 10 millions de DH pour appuyer leurs actions lors de la COP22. Du concret aussi dans les négociations pour soutenir la politique climatique des pays en développement. En effet, les pays riches, qui se sont engagés à fournir au moins 100 milliards de dollars annuels pour soutenir, assurent qu’ils tiendront leur promesse, annonce la Secrétaire exécutive de la CCNUCC, Patricia Espinosa. Dans un rapport présenté à Marrakech par l’Australie et la Grande-Bretagne, et appuyé par l’OCDE, les estimations des financements publics seuls pourraient s’élever à quelque 67 milliards en 2020. Reste maintenant à mobiliser les financements privés et plusieurs scénarios sont envisageables. Outre le financement, la pré-COP a acté l’entrée en vigueur des accords de Paris le 4 novembre prochain puisque les instruments de ratification des 55 pays représentant au moins 55% des émissions mondiales ont été déposés. Et par conséquent, la première réunion des parties à l’Accord de Paris se tiendra à Marrakech lors de la 22e conférence climatique, se réjouit Aziz Mekouar, ambassadeur pour la négociation multilatérale. D’autres bonnes nouvelles proviennent des industriels avec l’annonce de l’OACI (Organisation de l’aviation civile internationale) d’un accord visant à réduire les émissions de CO2 de l’aviation internationale. Concrètement, il s’agit de la mise en place d’un mécanisme de marché mondial obligeant les compagnies aériennes à compenser l’augmentation de leurs émissions de CO2 à compter de 2020. «Cet accord qui intervient après de longs débats traduit un nouvel élan politique», se réjouit Espinoza.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc