COP22

Le train du climat sur les rails

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:4877 Le 17/10/2016 | Partager
Il circulera dans 12 villes du 20 octobre au 18 novembre
4 initiatives de l’ONCF en faveur de la planète
Les 1res Assises de la mobilité durable à Casablanca le 3 novembre
oncf_trains_climat_077.jpg

Pour Mohamed Rabie Khlie, «l’ONCF, opérateur de transport bas carbone de par sa nature, est partenaire officiel de la COP22. Il contribue à démontrer la dimension éco-responsable du Maroc et participe activement au succès de l’organisation de ce rendez-vous planétaire» (Ph. Bziouat)

L’ONCF est un partenaire officiel de la COP22. Pour marquer cet évènement, l’Office a pris un engagement par la conception d’un «train du climat» qui circulera du 20 octobre au 18 novembre à travers le pays. Au menu, des escales dans 12 villes, avec un programme d’animation et de sensibilisation sur les méfaits du changement climatique en direction des citoyens, particulièrement les enfants. Les grandes lignes de cet évènement ont été présentées par Mohamed Rabie Khlie, DG de l’ONCF, vendredi dernier. Pour mettre au point ce «train du climat», l’Office a travaillé pendant 6 mois avec l’Université Mohammed V et des écoles d’ingénieurs. Il s’agit d’une exposition itinérante qui se veut didactique et ludique autour des causes et des impacts du changement climatique. L’exposition se tient dans un train de 8 voitures spécialement équipées pour permettre une présentation interactive sur des supports multimédias et d’explication au grand public des phénomènes climatiques.
Trois voitures sont consacrées aux connaissances scientifiques sur le climat, aux effets des changements climatiques depuis le début de l’ère industrielle et aux recherches en cours sur les moyens de les atténuer et de s’y adapter, en particulier au Maroc et en Afrique. Des chercheurs volontaires assurent un effort de vulgarisation, en accompagnant les visiteurs dans la découverte de l’exposition. S’y ajoutent trois voitures accueillant des entreprises et des institutions partenaires. Celles-ci présentent au public des innovations et des solutions concrètes bas carbone, souvent déjà opérationnelles et accessibles à tous. Une autre voiture fait office de salle de conférence, qui peut accueillir près de 40 personnes. Elle permet une programmation des débats, des projetions de films et des points de presse. Dernière voiture, un espace de réception et de convivialité. En somme, ce train sillonnera 2.900 km sur le réseau ferré national. A chaque escale d’une à deux journées, les officiels procèdent à l’inauguration avant de donner le coup d’envoi aux différentes animations. La matinée est consacrée aux enfants.
Une autre initiative de l’ONCF porte sur l’organisation des premières assises de la mobilité durable à Casablanca, le 3 novembre prochain. Des spécialistes vont se réunir pour débattre des enjeux climatiques et surtout se pencher sur le système de transport de demain. En tout cas, si le transport est responsable de 23% des émissions de gaz à effet de serre, la part du ferroviaire ne représente que 3%.  Le train pollue moins que la voiture mais le record est battu par les avions, a indiqué Mohamed Rabie Khlie. Pour lui, l’ONCF renforce son statut de mode de transport naturellement propre, à travers la mise en place d’une politique volontariste de performance énergétique axée sur deux actions. La première consiste en la réalisation de son bilan carbone pour 2015 avec l’engagement de réduction de 10% de ses émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2020. Elle sera suivie en 2016 par la publication du 1er rapport de développement durable présentant la stratégie de l’Office pendant et après la COP22.
La deuxième action s’inscrit dans une démarche d’efficacité énergétique, avec la mise en place d’un système de management de l’énergie selon la norme  ISO 5000. Dans une première étape, le siège de l’ONCF et la gare de Marrakech sont certifiés aux normes ISO 50001, assurant ainsi une autonomie grâce à l’installation de panneaux photovoltaïques. Cette démarche sera étendue à d’autres segments. L’objectif est de réduire la facture énergétique de 20%. Ce qui représente 65 millions de DH, le chiffre d’affaires d’une gare moyenne.

Bilan carbone

L’Office a réalisé son premier bilan carbone ayant confirmé la performance du transport ferroviaire en tant que mode offrant des solutions de mobilité en phase avec la lutte contre le changement climatique. Selon ce bilan, le niveau d’émission de CO2 du rail représente seulement 0,47% des émissions de gaz à effet de serre au Maroc et 2,6% des émissions du secteur de transport pour une part de marché de 8,5%.  Appliqué au passager par kilomètre, ce niveau est de 7 fois moins que la voiture, 6 fois moins que l’autocar, 2 fois moins que le tramway et 25 fois moins que l’avion.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc