Economie

COP22: Une aubaine pour l’hôtellerie

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:4874 Le 12/10/2016 | Partager
Déjà 10.000 chambres réservées et le pic sera atteint à J-10
15.000 participants sont attendus à cette manifestation planétaire
Tous les types d’hébergement profiteront de cette conférence
cop_22_hotellerie_074.jpg

Les établissements d’hébergement affichent leur engagement écologique et sont désormais labellisés Clef verte (Ph. BB)

Les hôteliers se frottent les mains. A moins d’un mois de la conférence climatique, les réservations hôtelières vont bien. Pour l’heure, 10.000 réservations sont déjà enregistrées. «C’est un succès total puisque nous nous approchons et avant l’heure de nos objectifs», indique Azzedine Skalli, PDG de S'Tours, chargé de la centrale de réservation et du transport terrestre des participants. Si le tiers de ces réservations a été effectué à travers la centrale, près de 7.000 chambres ont été réservées en direct par les délégations. Le reste est encore à venir. Le 2e seuil nécessaire à l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris a été franchi avec plus de 55 pays signataires, ce qui va augmenter le nombre de délégations. La bonne nouvelle est que tous les types d’hébergement profiteront de cette COP22. Si les délégations officielles choisissent les grandes enseignes, d’autres profils vont vers des hébergements moins conventionnels comme les maisons d’hôtes, les hôtels intra-muros ou encore les logements de type Airbnb. Pas moins de 15.000 participants sont attendus à la conférence climatique de Marrakech avec des pics lors des trois premiers et trois derniers jours. «Ce qui correspond à ce qui a été réalisé à Paris l’an dernier», souligne Skalli. L’événement focalisera l’intérêt de la communauté internationale eu égard à l’importance de la problématique des changements climatiques et des accords qualifiés d’historiques de Paris d’autant plus que la rencontre de Marrakech devra aborder la mise en application de ce qui a été décidé à Paris. «La COP22 accueillera probablement plus de monde», estime cet opérateur local. Les hôteliers, notamment ceux situés non loin du site de la conférence, ont été appelés à suspendre toutes autres réservations et consacrer 60% de leurs chambres à la COP22. Compte tenu de sa dimension, la problématique de l’hébergement a été prise en compte dès la désignation du Maroc comme pays hôte en novembre 2016. Le comité COP22 a fait un premier tour d’horizon et désigné, après appel d’offres, un groupement S'Tour et B Network pour la gestion de l'accueil, des réservations d'hôtels, de l'hébergement et du transport terrestre des participants. Au-delà de ce canal officiel, les participants de la COP22 peuvent bien entendu réserver avec un autre système de distribution. Et pour mieux coller à la thématique de cette conférence internationale, les établissements d’hébergement de Marrakech affichent également leur engagement en faveur de l'écologie. Une quarantaine d’unités sont désormais labellisées Clef verte et autorisées à accrocher le petit logo vert et bleu. Une distinction de taille, présente dans 45 pays et soutenue par le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) et par l’Organisation mondiale du tourisme (OMT). La ville ocre a en effet vu son nombre d’établissements labellisés doubler entre 2015 et 2016. Des hôtels de haut standing, des clubs et villages de vacances, des maisons d’hôtes ont donc misé sur la protection de l’environnement à la veille de l'évènement mondial. Pour rappel, la Société d’investissement énergétique (SIE) a initié, en partenariat avec l’association des hôteliers et la Confédération nationale du tourisme, un programme de sensibilisation il y a un an. Objectif: pousser les acteurs de la ville à se mettre au diapason de cet événement de taille, en allant notamment vers des démarches écologiques.

Marrakech se fait belle

Grosse pression sur Marrakech pour début novembre. La ville s'attend en effet à y voir déferler durant deux semaines entre 15.000 et 20.000 personnes. ll est vrai que l'enjeu est majeur. Il s'agit pour les Etats parties prenantes à ce sommet de faire de la COP22 une conférence d’action. Les débats au «siège» de la conférence sur le climat, déployé sur 18 hectares à Bab Ighli, promettent des surprises. La COP22 reste un vrai défi pour les professionnels de l'hôtellerie, le groupement S’tour/ B Network en charge du transport et les forces de sécurité. Grosse pression aussi sur la wilaya et la mairie de Marrakech. A l’approche de la COP22, les grandes artères de Marrakech sont devenues un chantier à ciel ouvert. Ceux entrepris pour modernisation des infrastructures pour la réussite de cet événement très médiatisé, la signalisation indiquant les principaux trajets vers la COP22 ou les balades intra-muros ou dans les environs de la ville. Il y a aussi les chantiers propres à la mairie comme l’éclairage écologique, la station de recharge solaire pour les bus électriques.

20% de nuitées supplémentaires

cop22_marrakech_074.jpg

Ces arrivées additionnelles générées par la COP22 réjouissent les professionnels de Marrakech. En effet, les 10.000 chambres réservées jusqu’à maintenant représentent à peu près 7% de hausse durant novembre, mois de basse saison au Maroc. Marrakech avait reçu 141.647 touristes en novembre dernier qui ont réalisés 433.564 nuitées. La COP22 devrait générer au moins quelque 80.000 de plus. Soit une augmentation de 19,5%. Enfin, ces réservations additionnelles devraient surtout avoir une incidence sur le taux moyen d’occupation qui était de 43% en novembre 2015 et qui pourrait être porté à 50% grâce à la COP22.

                                                                       

Forum annuel international des énergies renouvelables

A la veille de la COP22, Marrakech abritera du 2 au 4 novembre le premier Forum annuel international sur les énergies renouvelables en Afrique (Aref-Africa Renewable Energy Forum) avec la participation de ministres africains de l’énergie, et plus de sept directeurs généraux d’institutions dédiées à la promotion de l’énergie en Afrique ainsi que des représentants d’associations internationales et de la société civile.
Organisé par la société EnergyNet, en partenariat avec Global Nexus et l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (Iresen), l'Aref se veut une occasion particulière pour créer un cadre de discussion et d’échange entre les différents acteurs concernés afin de développer davantage le secteur des énergies renouvelables en Afrique.
La participation de l’agence Masen, sponsor officiel de l’Aref, sera l’opportunité de présenter aux investisseurs de nouvelles stratégies énergétiques et le rôle du Maroc dans le développement de l’accès aux énergies renouvelables, non seulement dans le Royaume, mais également dans l’ensemble de la région. Tenu sous l'égide de la Conférence sur le changement climatique COP22 des Nations unies, l’Aref vise à utiliser les résultats de la COP21 et la COP22 comme un tremplin pour la poursuite des investissements et de la croissance de l'Afrique. Outre des plénières, tables rondes et des conférences, une exposition et un espace B2B sont également prévus afin notamment de découvrir les best-practices en matière d’investissement sur de réelles opportunités d’affaires en Afrique.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc