Régions

Marrakech, future réserve pour l’éclairage intelligent

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:4870 Le 06/10/2016 | Partager
Développer de futurs observatoires astronomiques dans la région
Sensibiliser à l’éclairage intelligent des villes et villages
Les messages de la 17e édition du Festival d’astronomie
marrakech_eclairage_070.jpg

Installé en un temps record au printemps 2016, à l’observatoire de l’Oukaimeden, le Trappist-Nord est le télescope jumeau de celui qui a été installé en 2010 à l’observatoire de La Silla au Chili, et qui a découvert l’un des systèmes planétaires les plus proches contenant des planètes terrestres potentiellement habitables. Celui du Maroc ambitionne de détecter une exoplanète, ce qui serait une première sur le territoire, et d’étudier des comètes et autres petits corps du système solaire (Ph. Artem Burdanov)

Une semaine pleine d’astronomie. Pour cette 17e édition du Festival d’astronomie de Marrakech, qui se clôture dimanche 9 octobre, le programme est chargé. Tout d’abord, l’événement inaugure le nouveau télescope Trappist-Nord installé à l’observatoire de l’Oukaimeden. En parallèle, sont organisés des conférences grand public et des exposés pour les scolaires, lycéens et étudiants, mais aussi les fameuses «Nuits des étoiles» et une caravane de l’espace ou «Space bus Morocco». Cette initiative d’une jeune doctorante marocaine en France est chargée, avec le concours de l’observatoire de Paris, de sensibiliser la population et les décideurs au niveau local, régional et national aux sciences de l’espace. La caravane prévoit de rejoindre la ville de Benguerir à la rencontre des étudiants de l’université Mohammed VI, avant de continuer sa route à travers plusieurs villes et villages jusqu’au 29 octobre. L’objectif étant d’animer des activités de vulgarisation en astronomie et en énergies durables mais aussi de sensibiliser à la protection du ciel.
Après avoir consacré l’édition précédente à la lumière, année internationale de la lumière oblige, il était opportun de mener en cette année COP22 une campagne de sensibilisation à l’éclairage intelligent des villes et surtout des villages, en particulier ceux situés dans une région géographique propice au développement d’observatoires astronomiques futurs. En effet, la lumière artificielle reste utilisée de façon anarchique et devient une source de déséquilibre de l’écosystème, constituant ainsi une forme de pollution de l’environnement. Outre les nuisances évidentes pour l’observation astronomique depuis le sol, l’éclairage outrancier constitue un danger pour certaines espèces vivantes. Les lampes à incandescence, par la chaleur qu’elles dégagent contribuent en plus au réchauffement de la planète. L’idée est donc d’inscrire la région, préalablement délimitée, comme patrimoine à protéger sous le nom de «Reserve Atlas DarkSky». L’ensemble des activités de ce festival est donc orienté vers la thématique de préservation du ciel nocturne. Un travail commun entre la Faculté des sciences Semlalia et la Faculté des sciences et techniques de l’université Cadi Ayyad, l’Institut français de Marrakech, l’Association d’astronomie de Marrakech, et l’Académie régionale de l’éducation et de la formation, le Centre culturel de l’Atlas Golf de Marrakech et l’Observatoire de Paris.

Nom de code Z53

Le 6 octobre, le Trappist-Nord est inauguré à l’observatoire de l’Oukaimeden en présence de chercheurs de l’université Cadi Ayyad de Marrakech et d’astronomes de l’université de Liège en Belgique. Il s’agit d’un télescope jumeau de celui qui a été installé en 2010 à l’observatoire de La Silla au Chili, et qui a récemment fait parler de lui avec la découverte d’un des systèmes planétaires les plus proches contenant des planètes terrestres potentiellement habitables. Ce nouveau télescope, financé par l’université de Liège et dirigé par des chercheurs de cette université belge et de l’université Cadi Ayyad, a les mêmes objectifs. Détecter pour la première fois au Maroc une exoplanète, étudier des comètes et autres petits corps du système solaire, afin de mieux comprendre la genèse du système solaire et de la Terre. Ce nouveau télescope, installé en un temps record au printemps 2016, permet ainsi aux scientifiques d’avoir accès à l’ensemble de la voûte céleste. Sous le nom de code Z53, Trappist-Nord vient d’être officialisé au niveau de l’Union astronomique internationale. Pour l’observatoire de l’Oukaimeden, cette collaboration internationale vient s’ajouter à des partenariats déjà existants avec la France, la Suisse, les Etats-Unis, la Corée du Sud et l’Arabie saoudite.

De notre correspondante,
Stéphanie JACOB

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc