Législatives 2016

Tanger: L’istiqlalien Mohamed Saoud se rebiffe

Par Ali ABJIOU | Edition N°:4846 Le 30/08/2016 | Partager
Membre du bureau exécutif, il a été suspendu de toute relation avec les organes du parti
mohamed_saoud_046.jpg

Mohamed Saoud se défend d’avoir accusé son parti et ses institutions et espère bien que la situation pourra retrouver le calme (Ph. PI)

La température monte d’un cran  au sein de l’Istiqlal. Le cas de Mohamed Saoud, vice-président du conseil de la Région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, en est un exemple concret. La semaine dernière, le parti de la balance avait publié un communiqué dans lequel il accuse Saoud, jusqu’alors membre du Bureau exécutif du parti, «d’atteinte au Parti de l’Istiqlal et de ses instances». A travers le communiqué, la formation politique précise que le dossier Saoud est entre les mains des instances d’arbitrage et de discipline de l’Istiqlal. «L’intéressé n’a plus aucun lien avec les organes du parti en attendant une décision définitive de la part de l’instance compétente», précise le parti. En clair, il s’agit d’une décision qui annnonce son éviction pure et simple.
Selon Saoud, «la décision du parti est basée sur des rumeurs colportées par certains médias qui n’auraient pas cherché à vérifier l’information».
A en croire des sources proches de la formation de Chabat, il est reproché à Saoud d’être à l’origine de critiques très dures à l’encontre du secrétariat général du parti de la balance concernant les accréditations aux prochaines élections législatives. Certains parlent même d’une altercation qui aurait éclaté entre Saoud et Hamid Chabat sur le sujet. Selon ces mêmes sources, Mohamed Saoud serait considéré par sa direction comme un électron libre trop proche du PAM. Son élection en tant que vice-président de la Région aurait fini par confirmer ces doutes. Contacté par L’Economiste, l’intéressé balaie ces accusations d’un revers de la main. «Il est vrai que j’ai beaucoup de désaccords avec le secrétaire général Hamid Chabat, mais je ne l’ai jamais accusé de quoi que ce soit concernant les accréditations aux prochaines élections», tient à préciser Saoud. Sur sa proximité du PAM, Saoud se dit consterné. «De par ma fonction de vice-président de la Région, je dois coordonner avec le reste des membres du conseil régional, en particulier avec le président Ilyass El Omari, qui, soit dit en passant, est devenu secrétaire général du PAM après mon élection au conseil de la Région», se défend Saoud qui assure en même temps être fier des réalisations de ce conseil, «fruit d’un travail collectif».

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc