Archives

A La une

Mourabaha: Les hostilités sont ouvertes

Umnia Bank et Bank Assafa se «marquent à la culotte». Pour l’instant, ce sont les deux banques participatives les plus actives sur le marché. Elles sont, sans grande surprise, les premières à commercialiser la Mourabaha. Pour la banque, classique ou participative, le crédit immobilier est un produit d’appel et un moyen de garder le client longtemps... Lire la suite

Titrisation: «Bientôt l’émission de Sukuk»

Houda Chafil, DG de Maghreb Titrisation: «La titrisation intéresse désormais de plus en plus d’émetteurs qui l’intègrent progressivement dans leurs stratégies de financement futur» Lire la suite

Titrisation: L’activité prend son envol

La titrisation connaît en cette fin d’année un fort engouement des investisseurs. Deux opérations ont été lancées au cours de ce mois d’octobre parmi lesquelles celle de l’ONEE. Cette 5e opération de titrisation de créances commerciales de l’Office qui a porté sur un montant de 1,5 milliard de DH a, selon nos informations, été sursouscrite 3 fois... Lire la suite

Projet de loi de finances: Une flat tax sur les ventes du foncier urbain

Voici une disposition qui devrait imprimer une nouvelle dynamique à l’immobilier mais qui pourrait aussi plomber le marché. Le projet de loi de finances prévoit l’application d’un impôt unique de 20% sur la plus-value dégagée suite à la cession d’un terrain urbain non bâti et ce, quelle que soit la durée de détention du bien... Lire la suite

Jbel Irhoud: L’ancêtre de l’Humanité n’a pas encore tout dit…

Le site de Jbel Irhoud, devenu depuis juin dernier le berceau de l’humanité, n’a pas encore livré tous ses secrets. C’est là qu’ont été découverts les restes les plus anciens de celui que l’on considère aujourd’hui comme l’ancêtre de l’être humain, l’homo sapiens... Lire la suite

Flexibilité du dirham: «Le Maroc peut mener sa réforme en douceur»

Avec un déficit budgétaire ramené à 4,1% en 2016 (contre 7,3% en 2012), une dette stabilisée à près de 65% du PIB, jugée soutenable, et une monnaie proche de son niveau d’équilibre, le Maroc est clairement en «situation de force», selon le FMI. Ses équilibres macroéconomiques devraient s’améliorer encore plus dans les prochaines années. Pour l’institution, le pays peut entamer la flexibilité du dirham «en douceur». Il s’agit d’une réforme de moyen terme qui servirait à doper sa compétitivité future. Lire la suite

Editorial

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc